l_air_du_temps_tauben1
Air du temps

 

Impressions

 

Rue de Rome est un roman surprenant. Construction à la linéarité malmenée, identification parfois confuse du narrateur, tension du récit qui lui donne un côté bouillonnant... On songe à Lawrence Durrell, à ces destins entrelacés et dédaléens. Il faut dire que les paternités littéraires, susceptibles de l'avoir couvé par de tortueux cheminements, pourraient aussi bien être Mallarmé qui habita, précisément, rue de Rome assez longtemps et y tint salon, mais encore Max Jacob fidèle de Saint-Benoît-sur-Loire d'où semble provenir la Valérie qui veut devenir luthière.

On meurt, dans le roman de Pomme Jouffroy, d'une dissection aortique. Mallarmé d'un spasme du larynx.
"La Loire, l'eau visqueuse et jaune tourbillonnait en suçant les piles du pont sous le parapet où je m'étais accoudée pour digérer mon audace : luthière à Paris (...) Le risque avec la Loire, comme les vieux d'ici quand ils n'en peuvent plus de la vie, ils vont en Loire, on retrouve leur cadavre quelques kilomètres en aval, ne pas pas arriver à nager. Se tromper, boire la tasse, mais voilà il faut bien prendre le risque. En principe je flotte."
On dira ce qu'on veut, moi, cette évocation de la mort, cela me conduit à Max Jacob :
"J'attends la paix du soir dans tes plaines fertiles,
Orléanais ! faucille oubliée sur les champs
La Loire est l'éternel emblème des durs travaux d'Adam".

Et la lutherie semblait plutôt appartenir à la catégorie des "durs travaux d'Adam" :
- "Qu'est-ce qui t'a pris de vouloir faire ce métier ?" Oui, qu'est-ce qui lui prend ? Qu'est-ce qui lui prend aussi d'adopter Air du temps de Nina Ricci ?

Michel Renard

 

 

 

violon_vuillaume

rue_de_rome_panneau_17e

 

 

 

 

 

 



 

violon Vuillaume


- Rue de Rome, Pomme Jouffroy, éd. des Femmes, 2006



- Tu cois qu'il y en a beaucoup des petites bonnes  femmes qui s'en vont à Paris pour devenir luthier ? Serre-toi contre moi, ma douce, je sens ta fraicheur. Dis-moi, y en a-t-il un seul qui t'ait fait jouir ? Alors comme ça, tu répares les violons ? Ça rend habile, j'imagine tes mains qui courent sur le bois, je les sens déjà, je sens ton odeur.
Ce soir près des douves, je chercherai la sienne, quand j'étais petite, je passais à côté de lui juste pour le sentir, par-dessus celle des chevaux, un parfum d'homme, une essence dominante. Le visage sur sa poitrine, libre.

douve
ce soir près des douves

 

michelrenard2@aol.com

mes blogs